Affaires africaines (French Edition)

Quick preview of Affaires africaines (French Edition) PDF

Show sample text content

P. , l. a. garde présidentielle, abriterait une development spéciale. C'est là, disent les rumeurs hostiles, qu'auraient été enterrées certaines personnalités, notamment Germain M'Ba, murdereré le sixteen septembre 1971. Du mystère qui entoure cette sorte de � sanctuaire �, le Président paraît tirer une partie de sa puissance. Ces deux piliers occultes, le ndjobi africain et los angeles franc-maçonnerie européenne, symbolisent l. a. dualité fondamentale du pouvoir gabonais. Instauré par Paris, qui reste son vital appui, il a european besoin de rééquilibrer cette dépendance par des racines africaines.

I. A. ou le M. I. 6! Grâce à los angeles toile d'araignée tissée par Robert et ses amis, le � extended family � est aussi en mesure d'influencer l. a. politique africaine de Paris, alors même que ses intérêts passent parfois avant ceux de los angeles France. L'interpénétration du S. A. C. , des anciens � réseaux Foccart �, de celui abrité par Elf, voire des prone spéciaux français, ne permet pas toujours, en effet, de rendre à César ce qui est à César, en de nombreuses affaires qui défraient alors l. a. chronique. Maurice Robert ne se contente pas de développer ses activités en path de l'Afrique.

On n'attend plus que los angeles mort du � Vieux �. Toutes les personnalités de Libreville viennent le voir une dernière fois, quelques jours plus tard, lors de l. a. prestation de serment qui a lieu à Paris dans les salons de l'ambassade du Gabon. � Tout ce beau monde flottant dans des jaquettes louées à los angeles hâte assistait à une cérémonie pleine de dignité, et, il faut bien le reconnaître, assez originale �, raconte Maurice Delauney. � J'en preserve pour ma half un memento vivace, et en particulier de l'émotion qui étreignait le jeune Vice-Président de l. a. République, bien attristé de voir l'état de décrépitude body de celui qui avait été son " maître à penser ", mais conscient également des responsabilités et aussi des pouvoirs qui seraient désormais les siens.

Il a, de surcroît, tenté de discréditer le Président Kérékou qui devait mourir si les mercenaires commandités avaient réussi leur coup. Interviewé par Jeune Afrique en avril 1977, il répond notamment en racontant remark Kérékou est venu le solliciter, en septembre 1974, pour le financement du marché de Cotonou : � Après l. a. prise du pouvoir par Kérékou, je n'avais pas donné de suite à l'affaire, pensant que nos deux peuples comprendraient mal que je reprenne le projet avec un ennemi de Maga2! Mais il a tellement insisté que j'ai cédé.

C. E. a surtout recruté de jeunes universitaires et technocrates sans aucune expérience, d'où les erreurs d'analyse et les échecs de ces dernières années... � Lambinet montre alors le nez : puisque le S. D. E. C. E. n'est plus fiable – sous entendu : pour nous, les � gens de chez Foccart �, qui connaissons l'Afrique et les Africains - il faut en créer un : � Les dirigeants africains � modérés � sont parfaitement conscients de cette évolution pas tellement confident. C'est ce qui explique sans doute l'intention de certains d'entre eux de mettre sur pied prochainement un carrier de Documentation purement africain.

Download PDF sample

Rated 4.65 of 5 – based on 6 votes